Alexis Descampe, CEO de Färm.coöp explique : « Notre vision est de faire de l’alimentation à nouveau un lien entre les hommes. Nous souhaitons utiliser l’alimentation comme un vecteur de sens dans la société, ce que nous avons perdu au cours de ces dernières décennies, étant donné que l’industrie agroalimentaire s’est convertie en une industrie financière et n’est plus vraiment le terreau de la société humaine. »

À la base, un magasin est un lieu où des liens peuvent être noués, où les produits sont un vecteur de communication entre le consommateur et le producteur et qui met tout son savoir- faire, son cœur, pour faire un produit qui va être consommé avec plaisir.

« Quand nous avons débuté en 2009, nous étions parfaitement conscients que les consommateurs bio étaient des personnes extrêmement attentives, soucieuses de l’impact à la fois environnemental et humain. Ces personnes ont également été une source d’inspiration au début de nos activités. »

La coopération au coeur des relations

Nous avons des démarches commerciales d’achat auprès des producteurs et des coopératives. Ainsi nous avons l’intention de faire avec Färm un outil qui permette de créer des filières résilientes en créant des coopérations effectives avec les producteurs.

Agribio en est un exemple. Il s’agit d’une coopérative de producteurs céréaliers en Wallonie, mais qui sont également meuniers – ils font leur propre farine à la ferme. En 2016, nous nous sommes associés afin de créer une coopérative, dont les parts sont détenues selon un rapport de 50/50, afin de constituer une nouvelle coopérative boulangère.

Cette coopérative produit tout le pain que nous distribuons dans nos magasins Färm, mais également dans tous les autres commerces souhaitant bénéficier de cette offre d’un pain 100% naturel et bio, sans ajouts de produits autres que de la farine, de l’eau et du sel.
La prochaine étape consistera à mettre sur pieds de nouvelles filières de production ayant un impact encore plus important : pour la viande, les produits laitiers, les produits céréaliers, les produits maraîchers.

Une sélection participative des produits

« Afin de garantir que les produits que nous vendons dans les magasins Färm soient les plus réfléchis et les plus engagés du marché, nous avons institué un Comité de marque au sein duquel les collaborateurs sont invités à sélectionner les produits et marques pouvant figurer dans le catalogue Färm. Les produits satisfont à une palette de critères très stratégiques définis dans notre charte des produits qui transpose nos valeurs dans la réalité.

Il s’agit de critères tels que des produits Fairtrade, biologiques, locaux, directs; la taille de l’entreprise, si le produit provient d’une entreprise familiale ou non, etc. Tous ces critères se reflètent dans chacune des marques proposées dans les magasins Färm et sélectionnés par tous les collaborateurs de manière participative et égalitaire. »

Lien vers une vidéo Youtube

Lien vers une vidéo Youtube

Cette vidéo est hébergée par un partenaire externe. Plus d'infos >

Une relation durable avec la Banque Triodos

Alexis Descampe : « La collaboration avec Triodos nous a permis d’augmenter le nombre de points de vente puisqu’elle nous finance et nous accorde un appui enthousiaste à chacune de nos demandes. Nous avons noué une relation de confiance entre nos deux entités. De plus, la collaboration entre Färm et la Banque Triodos démontre également que nous maintenons le cap en plaçant la durabilité au centre de toutes nos activités. Je considère donc qu’il s’agit d’un véritable partenariat qui nous renforce mutuellement. »

Le choix des produits est un élément intéressant et une base commune entre Triodos et Färm, selon le CEO. « À l’instar de Triodos qui sélectionne soigneusement ses produits d’investissement et les entités à qui elle accorde un crédit, Färm agit de même dans la sélection de ses produits et producteurs. Nous ne collaborons pas avec tout le monde et ne référençons pas n’importe quel produit. Voilà un exemple de base commune réelle entre nos deux entités. »

Retour au savoir-faire

La manière dont les coopérateurs gèrent Färm a une influence sur le secteur : « Il est vraiment intéressant de constater l'intérêt grandissant des fournisseurs et producteurs de construire avec nous des filières résilientes et durables. Nous concluons de bien meilleurs contrats avec eux et nous nous engageons essentiellement dans l’élaboration de cahiers des charges se focalisant sur les aspects environnementaux et sociétaux afin d'augmenter l’impact sociétal de l’alimentation biologique et durable. »

Un producteur ne veut plus se cantonner à sa fonction de production de masse et d’industrialisation de l’alimentation, il souhaite renfiler ses habits d’artisan en termes de produits et de la terre. « Pouvoir offrir à ces producteurs une occasion de développer leurs activités, de laisser libre cours à leur passion et leurs valeurs, notamment grâce à la coopérative Färm et ses magasins, est extrêmement passionnant. »

À la recherche du sens perdu

Les impacts sont doubles lors de l’ouverture d’un magasin Färm. Premièrement, la clientèle locale est très heureuse parce que nous ouvrons des points de vente à dimension humaine où la relation avec le commerçant est importante : par sa présence dans le magasin, notre personnel connaît nos clients et leurs habitudes. Nous réinstaurons donc une relation familiale avec le commerçant.

« En ce qui concerne les collaborateurs, j’estime qu’ils recherchent également un sens dans leur travail, quel que soit leur emploi, » dit Alexis Descampe. « C’est un réel défi à relever. Il n’est pas toujours aisé de cerner la réalité et le sens d’un emploi qui n’est peut-être pas aisé au quotidien, à savoir travailler dans les champs, dans un magasin ou dans un bureau.
Nous cultivons l’ambition que chaque action quotidienne au travail soit un acte de passion connecté à quelque chose de plus fort, de plus grand et de plus solidaire entre les différents acteurs, qu’il s’agisse des collègues ou des producteurs qui deviennent finalement des partenaires. Via la coopérative Färm, nous poursuivons l’ambition de réinstaurer des liens au sein de la société tout simplement grâce à l’alimentation qui est la base de tout notre système. »

Le saviez-vous?

Les terres agricoles biologiques détenues par les exploitations financées par la Banque Triodos et Triodos Investment Management ont été en mesure de produire l’équivalent de 32 millions de repas en 2016, soit un volume suffisant pour nourrir durablement 29.000 personnes (30.700 en 2015). Au total, la Banque Triodos et Triodos Investment Management ont financé environ 33.000 hectares de terres agricoles biologiques en Europe. Cela représente un terrain de football de surface agricole par groupe de 12 clients, chaque terrain produisant une quantité suffisante pour assurer 580 repas par an.

Alimentation durable

Vous recherchez un partenaire financier qui connaît vos besoins spécifiques pour lancer ou développer votre activité ? Nous mettons notre expertise au service de toute la chaîne de production alimentaire durable.

Relevons ensemble le défi de l'alimentation durable