Le troisième trimestre 2018 en un coup d’œil

Évolutions sur les marchés

L’économie mondiale a continué de croître fortement au cours du troisième trimestre malgré un léger affaiblissement. L’inflation mondiale s’est accélérée (en partie à la suite de l’effet temporaire des prix du pétrole), mais elle est restée modérée. Les principales banques centrales ont poursuivi la normalisation de leur politique monétaire. Aussi bien la Federal Reserve américaine que la Bank of England ont relevé leur taux. La Banque centrale européenne a fait savoir qu’elle mettrait fin à la fin de cette année au rachat d’obligations et que les taux d’intérêt seraient maintenus de toute façon à un niveau historiquement bas jusqu’à l’été prochain. La Banque centrale japonaise a quelque peu modifié sa politique monétaire. C’est sur cette toile de fond économique que les taux à long terme ont monté.

L’été n’a pas été de tout repos pour autant. Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine a gagné en intensité. Les préoccupations quant aux conséquences possibles d’une guerre commerciale, combinées à la recherche par les autorités chinoises de diminuer le niveau de leur dette, ont provoqué un affaiblissement de la croissance en Chine. En outre, le marché a soudainement réalisé qu’un dollar fort et un asséchement de la liquidité en dollar pouvaient devenir un problème pour les différentes économies émergentes qui ont une dette élevée en dollar. L’Europe a subi une inquiétude croissante à propos du budget italien, des intérêts des banques espagnoles en Turquie, de la crainte d’une guerre commerciale et de l’incertitude croissante à propos du Brexit. Toutes ces incertitudes politiques et économiques ont eu des conséquences négatives sur le sentiment du marché. Les marchés d’actions aux États-Unis et au Japon ont continué de monter. Par solde, le marché des actions européen n’a pratiquement pas bougé. Les actions des marchés émergents ont baissé.

En septembre, près de mille investisseurs institutionnels détenant globalement pour 6,24 milliards de dollars d’actifs se sont engagés à stopper leurs investissements dans les combustibles fossiles, dans le cadre du ‘Global Fossil Fuel Desinvestering en Clean Energy Investment Movement’. Cela représente une hausse de près de 12.000 % par rapport à la précédente enquête d’il y a quatre ans, principalement sous l’impulsion des compagnies d’assurances qui se sont engagées à mettre fin au financement du secteur du charbon.

Gestion durant le troisième trimestre

Au cours du trimestre écoulé, la position en obligations a été ramenée de sous-pondérée à neutre. Bien qu’il y ait une attente à ce que les taux des obligations continuent à monter à moyen terme, aucun mouvement de forte hausse n’est prévu à court terme. La BCE ne va pas relever ses taux directeurs avant l’été 2019. En outre, divers risques politiques, comme la question du budget italien et la crise monétaire en Turquie, entraînent une fuite vers des havres de sécurité.

Grace au succès du Triodos Impact Portfolio nous avons pu faire une conversion vers des classes d’action avec des frais courants plus avantageux pour le fonds investi en grandes entreprises ainsi que pour le fonds obligataire. Sous le lien suivant vous trouvez l’information des coûts par profile suite à cette conversion.

Les investissements

Au cours du troisième trimestre, la diversification du risque au sein des et entre les thèmes pour la transition vers une société durable, les secteurs opérationnels et les régions a été poursuivie au sein de l’allocation du portefeuille en actions. Sur la base du niveau de valorisation et des évolutions de durabilité stratégiques positives/du momentum de durabilité, le gestionnaire a continué à chercher une extension de l’allocation au Japon.

Au cours du troisième trimestre, la constitution du portefeuille en obligation a été orientée vers la mise en œuvre de l’approche thématique de l’impact positif. Dans l’optique du risque de concentration et de diversification, une répartition équivalente des investissements entre les sept thèmes d’impact pour une transition vers une société durable a été mis en oeuvre.

Actions des grandes entreprises

L’entreprise japonaise KDDI entre dans le portefeuille sous le thème Inclusion sociale et émancipation économique. KDDI est le second opérateur de télécommunication du Japon. L’entreprise est aussi active en Mongolie, au Myanmar et aux États-Unis (où le fichier des clients est principalement constitué de groupes de migrants). Enfin, une participation a été prise dans Croda International, un fabricant de matières premières chimiques spéciales établi au Royaume-Uni (thème des Matières premières renouvelables). On s’attend à ce que Croda International profite d’une demande croissante de ses produits sur mesure, qui sont basés de façon croissante sur des matières premières durables (matériaux à surface active sur une base biologique).

Le fonds a vendu ses participations en China Everbright, Continental, Essilor, Great Portland, Hain Celestial, ING Group et Whitbread. La plupart de ces entreprises ont été vendues en lien avec une détérioration de leur situation (bilantaire) fondamentale (China Everbright, Continental, Hain Celestial) ou parce qu’elles étaient surévaluées (Essilor, Great Portland) ou qu’elles ne correspondaient pas aux thèmes de transition et/ou ne répondaient pas aux critères du GBAV -Global Alliance for Banking on Values (ING Group). Le fonds poursuit sa diminution progressive du poids du secteur de la technologie de l’information et est occupé à vendre plusieurs participations dans le portefeuille. Cela s’opère surtout sur la base de considérations de valorisation. Le fonds estime que d’autres secteurs et/ou modèles d’entreprise offrent plus de valeur pour le moment. Le portefeuille du fonds est de plus en plus réparti sur les sept thèmes de transition établis par Triodos Investment Management, c’est-à-dire : Agriculture et alimentation durable, Mobilité et infrastructures durables, Matières premières renouvelables, Économie circulaire, Populations prospères et en bonne santé, Innovation durable et Inclusion sociale et émancipation.

Actions des petites et moyennes entreprises

Au cours du troisième trimestre, une participation a été prise en Sekisui Chemical parce que l’entreprise par ses activités dans le domaine des habitations durables, de la chimie et de l’infrastructure urbaine contribue au thème Mobilité et infrastructures durables. Par ailleurs, une participation a été prise dans Yamaha, un fabricant leader mondial d’instruments de musique, avec une forte position dans le domaine des instruments à vent, à cordes et numériques et l’appareillage audio professionnel (thème Populations prospères et en bonne santé). Enfin, une participation a été prise en Persol, un organisme d’embauche qui entre dans le cadre du thème Inclusion sociale et émancipation. Les possibilités d’amélioration des marges au sein de l’entreprise sont sous-évaluées. Ces positions sont financées par la réduction des positions existantes, principalement dans le secteur des soins de santé aux États-Unis, qui s’est encore fortement développé mais où le niveau de valorisation est à l’avenant. De même les participations en China Everbright International et Beijing Enterprise Water Group à Hong Kong ont continué à être réduites, parce qu’on doit s’attendre à une poursuite de la détérioration de la qualité du bilan de ces entreprises. 

Obligations

Les participations dans des obligations d’entreprises qui ne correspondent pas clairement à un de sept thèmes ont été vendues. Cela vaut entre autres pour un bon nombre d’entreprises financières. Les positions dans les institutions financières suivantes ont été vendues : ABN Amro, Danske Bank, Credit Foncier, Unibanca, Banque ING et Svenska Handelsbanken. Ont également été vendues les participations dans WPP, Publicis et Booking. Les entreprises suivantes ont été entre autres ajoutées au portefeuille, ou les participations y ont été étendues : DSM, ASML, Essity, Vodafone, Deutsche Post, British Telecom, Telenor, Toyota, Terna, SAP, FMO, Evonik, Philips, BMW, Akzo Nobel, Carrefour et Deutsche Telekom.

À côté de cette restructuration du portefeuille, le fonds a participé à plusieurs émissions d’obligations vertes. Le dernier jour de septembre, la position relativement courte en emprunts de l’État italien a été réduite, parce que le spread – à savoir la différence entre les emprunts à 10 ans en Allemagne et en Italie – a atteint un nouveau sommet record. Par le passé, on a observé qu’en cas de conflit budgétaire tel qu’il se produit actuellement, on arrive le plus souvent à un compromis entre l’autorité concernée et l’Union européenne et on s’attend à ce que cela sera à nouveau le cas ici.  

Placements alternatifs – Énergie renouvelable

Durant le troisième trimestre 2018, les prix moyens de l’électricité en Europe ont augmenté en raison de la hausse sensible des prix des matières premières (gaz et charbon), combinée à un pic du supplément carbone dans le cadre du système européen d’échange de quotas d’émission (ETS). Il en résulte que les coûts de production de l’électricité au départ de sources non renouvelables ont continué de croître. Ces différents facteurs font qu’en mai et juin derniers, les prix de base de l’électricité ont grimpé jusqu’à 50 EUR/MWh en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, et même jusqu’à plus de 60 EUR/MWh en Espagne, où la hausse a été la plus spectaculaire.

Selon nos dernières estimations, les prix de l’électricité à court terme ont augmenté, tandis que les prix de l’électricité restent stables à plus long terme en ce qui concerne la capacité de base. Les générateurs renouvelables, qui produisent de l’électricité par intermittence et ne font pas partie de cette capacité de base, n’en bénéficieront que partiellement car ils devraient recevoir, en moyenne, un prix inférieur pour leur production, principalement d’origine éolienne, dès lors que davantage de sources d’énergie renouvelables entreront sur le marché. Ces évolutions ont été prises en compte dans la valorisation au troisième trimestre.

Au cours des trois premiers trimestres de 2018, le fonds a généré un rendement net positif grâce à l’augmentation de la valorisation du portefeuille depuis le début de l’année. D’autre part le niveau de liquidité a augmenté au cours du troisième trimestre. Malgré un ajustement à la baisse du rendement du trimestre précédent, le fonds est en bonne voie pour atteindre son objectif de rendement annuel.

Au cours de ce trimestre, le fonds a réalisé un nouvel investissement, en collaboration avec son partenaire SolarAccess. Baptisé Smile, ce projet vise le développement d’un portefeuille de panneaux solaires d’une puissance totale de 37 MW aux Pays-Bas. SolarAccess fournit l’expertise technique pour la construction et la gestion quotidienne des installations, tandis que le fonds délivre l’expertise financière et le capital nécessaire à la construction.

En septembre, le fonds a, une nouvelle fois, décroché le label environnemental LuxFLAG garantissant qu’il investit de manière responsable dans des actifs environnementaux. Le certificat LuxFLAG est délivré par l’organisation à but non lucratif et indépendante Luxembourg Finance Labelling Agency, chargée de promouvoir la finance durable.

Placements alternatifs - Microfinance

Le fonds a clôturé le trimestre avec un rendement négatif. Cette situation a pour causes principales deux dépréciations dans le portefeuille d’actions en août, ainsi que la volatilité croissante des devises des marchés émergents. Les résultats des contrats de couverture ont été positifs, mais insuffisants pour compenser la volatilité persistante des taux de change.

En août, le fonds a réduit la participation qu’il détient dans une institution de microfinance au Cambodge. Bien que cette dernière maintienne des performances correctes, elle est momentanément soumise à une pression accrue en raison d’un renforcement de la réglementation bancaire émanant de la banque centrale cambodgienne, avec, notamment, l’introduction de ‘coussins’ de fonds propres, une gestion plus stricte des risques de crédit et des plafonds de taux d’intérêt. En raison de l’instabilité politique persistante au Nicaragua et de ses effets économiques négatifs, le fonds a également diminué sa participation dans une institution locale de microfinance et provisionné une partie du crédit consenti à celle-ci.

Les résultats négatifs enregistrés dans le portefeuille d’actions ont été partiellement compensés par les bons résultats persistants au Kazakhstan, en Inde et en Bolivie, dont les performances ont compté parmi les meilleures durant la période considérée. Le fonds a augmenté ses positions dans une participation en Inde dans le but de refléter les performances positives de cette institution. Le retrait des provisions constituées pour l’Azerbaïdjan et la vente du portefeuille de crédits en Bosnie-Herzégovine ont également eu un effet positif sur le résultat durant cette période. Les intérêts créditeurs sont restés positifs et en ligne avec la croissance du portefeuille de la dette.

Au cours du trimestre, le fonds a réalisé plusieurs nouveaux investissements. Microinvest est son premier client en Moldavie. Cette institution de microfinance est fortement axée sur l’agriculture, qui est une source importante de revenus pour les couches vulnérables de la population rurale du pays. Au Salvador, Óptima Servicios Financieros propose des produits et services financiers aux micro-entreprises et aux PME. Au Kazakhstan, l’institution de microfinance Arnur Credit, créée en 2001, dessert principalement des clients ruraux et propose des produits financiers dédiés au monde agricole via son réseau de bureaux régionaux et de 70 bureaux locaux dans le sud du pays. Samunnati est une institution financière indienne également centrée sur le secteur agricole. La société de microfinance Samym Finance a été fondée en 2007 avec, pour mission, de contribuer au bien-être de la population rurale du Kirghizistan et d’encourager son esprit d’entreprise. Enfin, SAFCO, fondée en 1986 en tant qu’organisation à but non lucratif, soutient le développement durable au sein des échelons inférieurs de la pyramide sociale au Pakistan.