Yvan et Véronique vivaient déjà à proximité de cette grande bâtisse située dans la région namuroise quand ils décident d’y développer leur idée : un habitat groupé, inclusif et écologique. Ils prennent alors contact avec le propriétaire, la commune et un architecte.

En un an, le groupe est constitué. On y dénombre 8 familles, 14 enfants et 15 adultes.

Un an plus tard, ils ouvrent leur projet à tout un chacun, via une petite annonce et un brouillon de charte. Manuel est l’un des premiers à se présenter : « J’avais déjà fait un achat groupé avec deux couples d’amis mais ça n’avait pas abouti. Néanmoins, cette expérience m’a permis de comprendre que, pour moi, l’habitat groupé était un but en soi et pas un moyen d’accéder à un bien. Je voulais que ça grouille de gens, d’enfants, de vie. »
Manuel consulte alors régulièrement les petites annonces. « D’après mon expérience, il est plus simple de trouver un lieu et de constituer un groupe ensuite. Si vous avez un groupe déjà établi, il est très compliqué de trouver un lieu qui conviendra à tout le monde. » En juin 2017, il repère l’annonce postée par Yvan et Véro.

Pouvoir vivre avec

Pour former le groupe de la ferme de Lizée, c’est le principe du « premier arrivé, premier servi » qui prévaut. Et ça fonctionne : en un an, le groupe est constitué. On y dénombre 8 familles, 14 enfants et 15 adultes. « En fait, dit Véronique, nous n’avons été contactés que par des personnes motivées qui adhéraient à nos propositions. Le groupe nous a même fait aller bien plus loin que ce que nous envisagions au départ dans la charte. »
Parmi les habitants, on trouve un ingénieur et un architecte, une comédienne, une illustratrice, un informaticien, deux juristes, une boulangère en conversion. Tous travaillent à temps partiel.  Aucun n’est agriculteur de formation ou paysan d’origine, mais tous partagent un intérêt marqué pour la culture de la terre et les plaisirs de la table.

« Au sein du groupe, les décisions sont prises par consentement. »
Manuel Tilquin, co-habitant de la ferme de Lizée

La ferme de Lizée est située à 1,5km de la première route et à 3 km de la gare d’Assesse. Bordée par 9 hectares de terre agricole, la ferme comptera 8 unités d’habitation privées et de nombreux espaces communs : salle polyvalente, chambres d’amis, buanderie, cuisine professionnelle. Les rénovations seront largement faites en auto-construction : un weekend sur deux, c’est chantier collectif à la Ferme. On refait les toitures, on isole, on plante des centaines d’arbres, on érige ici et là des extensions en construction paille et bois. Et on creuse un système de lagunage pour le traitement des eaux usées.

Pour nous, il était impensable que celui qui possède le plus de m2 ait le plus de voix, comme dans une copropriété classique.
Véronique, co-habitante de la Ferme de Lizée

De sa gestion quotidienne à sa forme juridique, le projet est imprégné de valeurs fortes. Manuel : « Au sein du groupe, les décisions sont prises par consentement. Il ne faut pas toujours être d’accord à 100% avec une idée mais il faut pouvoir vivre avec. Si on est en désaccord, on argumente et on propose des alternatives. » « Pour nous, complète Véronique, il était impensable que celui qui possède le plus de m2 ait le plus de voix, comme dans une copropriété classique. »

Le sol, ce bien commun

L’une des particularités du projet tient précisément à sa forme juridique, qui combine trois modèles. Chacun est propriétaire des murs de son unité ; des activités de nature plus économique, telles qu’une boulangerie, la location d’un gîte ou la (future) culture des terres, sont gérées en coopérative.

Quant au sol, il appartient à une fondation et suit le modèle du Community Land Trust (CLT). L’accès à la propriété est une valeur importante au sein du groupe. « Il ne doit pas être le privilège des nantis, affirme Véronique. C’est pourquoi nous avons décidé de créer un CLT. »

Le principe du CLT est de dissocier la propriété du sol de celle des briques. Le prix des logements est donc sensiblement plus bas puisque l’acquéreur ne doit pas payer le terrain. Cela vaut également pour les champs qui bordent la ferme : « Grâce au CLT, poursuit-elle, les terres resteront accessibles et seront mises au profit d’une agriculture nourricière et respectueuse de l’environnement. »

La chouette enfarinee
Les activités de nature plus économique, telles qu’une boulangerie, la location d’un gîte ou la (future) culture des terres, sont gérées en coopérative

« Nous avons aussi la conviction que nous ne sommes pas propriétaires du sol mais qu’il appartient à nos enfants. Cela revient souvent dans nos discussions », affirme la co-fondatrice. Ce ne sont donc pas les habitants qui ont acheté le terrain mais bien la fondation qu’ils ont créée. 

L’habitat solidaire et la lutte contre la pression foncière entrent parfaitement en résonnance avec nos valeurs
Isabelle Huens, Senior Relationship à la Banque Triodos

Mensuellement, ils lui reversent un droit de superficie dont le montant a été défini, notamment, pour être à la portée de tous. La fondation rembourse ainsi le crédit et développe des projets collectifs. Cette structure assure la pérennité et l’unité du projet. « L’habitat solidaire et la lutte contre la pression foncière entrent parfaitement en résonnance avec nos valeurs, explique Isabelle Huens, Senior Relationship à la Banque Triodos. Par le biais de crédits hypothécaires aux habitants et d’un crédit professionnel à la fondation, nous contribuons aujourd’hui à un projet qui nous survivra ! »

Le retour des communs

Depuis quelques années, des exemples de Community Land Trust tels que ceux de la Ferme de Lizée se développent en Belgique. Quel est le principe du Community Land Trust et quels sont ses atouts ?

Le principe sous-jacent du Community Land Trust est que, comme l’eau, le sol doit être considéré, non pas comme un bien privé, mais comme un bien commun géré de façon collective. Plutôt que de privatiser les ressources, il est plus durable de les gérer collectivement si l’on veut qu’elles restent disponibles pour tous. C’est en tout cas le sens des travaux d’Elinor Ostrom, qui a reçu le prix Nobel d’économie en 2009 pour son analyse de la gestion des biens communs.

Dans un contexte de pression grandissante sur les ressources naturelles, cette vision inspire aujourd’hui des communautés du monde entier. Imprégnés par les valeurs de droit au logement, de justice sociale et d’inclusion, les CLT sont très répandus au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, mais les expériences se développent aussi ailleurs.

Un CLT peut prendre de nombreuses formes : logement ou autres fonctions, bâtiments neufs ou rénovés, petites ou grandes communautés. Dans les villes, où la pression foncière est particulièrement forte et le droit au logement de moins en moins acquis, le modèle du CLT est une piste crédible. A Bruxelles et Anvers notamment, des organisations développent plusieurs logements sur ce principe et luttent pour la diffusion du modèle.

Pour les pouvoirs publics qui possèdent les terrains mais pas les capitaux pour y développer du logement à prix modéré, c’est une solution intéressante. Les particuliers peuvent y acquérir un logement moins cher – puisqu’ils ne paient pas le prix du terrain. Et le public est assuré que cela restera le cas pour les générations suivantes puisqu’il demeure propriétaire du terrain et garant du principe.

 

Aller plus loin ?

Crédit habitation

L’habitat groupé vous intéresse et vous êtes à la recherche d’un financement ?

Contactez-nous par email à credit.habitation@triodos.be ou par téléphone au 02 549 56 60.