Ceux qui fréquentent le quartier du canal connaissent la façade du Phare du Kanaal, avec sa fresque marine. La créatrice du lieu, Hanna Bonnier, est arrivée il y a 9 ans à Bruxelles, où elle a rejoint la Commission européenne pour y intégrer un programme de prévention des conflits planétaires. « Passionnant, mais pas très concret », avoue-t-elle. Sur ces entrefaites, Hanna est tombée sous le charme de notre capitale. Elle a décidé de s’y installer et d’y exercer son talent pour favoriser les relations humaines.

« Small is beautiful »
« J’ai passé une partie de mon enfance dans la librairie d’amis de mes parents. Je garde le souvenir d’un endroit vivant, bruissant de conversations, où on venait aussi prendre le café ». Guidée par cette inspiration, Hanna a alors imaginé un projet de lieu qui répond à un besoin plus contemporain. « Bruxelles grouille de freelances qui travaillent chez eux ou louent des bureaux au mois », explique-t-elle. Elle a donc créé un lieu, petit mais accueillant, taillé sur mesure pour cette génération de travailleurs nomades.

Vous aussi, vous voulez que vos investissements aient un impact positif ?

Ce sont les seuls investissements que propose la Banque Triodos :  

  • Des fonds qui financent vraiment le changement (économie circulaire, alimentation durable...)  
  • L’exclusion des activités néfastes (armement, combustibles fossiles…)  
  • En toute transparence : nous publions la liste complète des entreprises de nos fonds 

Contactez-nous.

« Dans le domaine des espaces de coworking, on a connu les mêmes excès que dans la finance, avec de très grands acteurs engagés dans une spéculation effrénée pour amasser des fortunes », explique Hanna. « Mais tout ça, c’est un peu du vent. Il est temps de redescendre sur terre ! La clé de l’avenir est dans les mains de ceux qu’on appelle les ‘petits’. On va vers le Small is beautiful ! », s’enthousiasme Hanna. 

Ne pas compter sur sa pension
De ses parents indépendants, Hanna a hérité le souci d’assurer sa sécurité future. « Chez nous, on disait qu’il ne faut pas compter sur nos retraites », sourit-elle. La crise récente a aiguisé cette inquiétude. Hanna a donc décidé de mettre de côté le capital issu d’une récente donation. Et la Banque Triodos s’est rapidement imposé comme une évidence pour ses placements et son épargne.

« Je connaissais pas mal d’indépendants qui travaillaient avec la Banque Triodos et les avis étaient unanimement positifs. Aujourd’hui, toutes les banques proposent l’un ou l’autre produit ‘propres’ pour les clients qui le désirent. Mais je ne me reconnais pas dans cette approche commerciale. Moi, je veux quelque chose de 100% fiable et transparent ».

Ici encore, le facteur humain a été déterminant. « Mon conseiller s’intéressait vraiment à qui j’étais et ce que je faisais. Il a été totalement clair sur l’utilisation de l’argent. Avec la Banque Triodos, nous partageons les mêmes valeurs, alors je suis sûre que mon argent aura un impact positif en soutenant des projets qui ont du sens. La confiance, c’est crucial pour moi ».

Investir avec un impact positif, en toute transparence ?