Aller directement àNavigation, Effectuer une recherche ou lecontenu

Mise au point concernant nos activités de microcrédit et d’autres fonds d’investissement Triodos

20-04-2013 | La Banque Triodos rejette catégoriquement l’amalgame
de faits et de contrevérités développé par un article de Marianne Belgique ce samedi, traitant de certains fonds d’investissement gérés par sa filiale néerlandaise Triodos Investment Management (TIM).


• Les fonds luxembourgeois mentionnés sont des compartiments de sicav Triodos, enregistrés au Luxembourg comme la très grande majorité des sicav distribuées en Belgique et ce, pour en faciliter la commercialisation en Europe. L’administration et la distribution de sicav est en effet une spécialité internationalement reconnue du Luxembourg. Aucune considération fiscale ne motive ce choix. Le traitement fiscal y est en effet identique à celui qui serait appliqué en Belgique ou aux Pays-Bas.

Ces compartiments de sicav ont pour spécialité : les énergies renouvelables, le microcrédit et l’investissement socialement responsable (fonds ISR, investissant dans les sociétés cotées en Bourse présentant les meilleures performances en matière environnementale, sociale et de gouvernance d’entreprise).

• Quatre fonds d'investissement gérés par Triodos Investment Management investissent directement dans des banques et institutions de microcrédit dans les pays en développement. La Banque Triodos estime important que ces institutions s’acquittent des impôts dus localement sur leurs résultats. Ces impôts sont une source de revenus pour les autorités locales et contribuent à rendre les pays en développement moins dépendants des dons.

• Dans six cas, ces quatre fonds investissent dans d'autres fonds, eux-mêmes également actifs dans les pays en développement. La Banque Triodos n’est pas le gestionnaire de ces autres fonds qui peuvent être situés dans ce qu'on appelle des juridictions ‘offshore’. Plusieurs raisons peuvent expliquer le recours à une telle structure. Par exemple, une infrastructure juridique insuffisante dans un pays peut rendre difficiles des investissements au départ de plusieurs pays. La prévention d’une double imposition ou l'instabilité politique d’un pays peuvent également jouer un rôle. La position de la Banque Triodos a toujours été que les entreprises dans lesquelles un investissement est fait paient les impôts dus localement. Au total, ces participations représentent 8,4 millions d’euros, soit 2,15% du portefeuille total des fonds de microcrédit Triodos (390,5 millions d’euros).


Que ce soit au travers de ses activités de microcrédit, de ses autres fonds d’investissement et de ses activités d’octroi de crédits dans les pays européens où la Banque Triodos est présente (Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Espagne, Allemagne), le Groupe Triodos poursuit un même objectif : assurer une utilisation responsable et transparente de l’argent qui lui est confié par ses clients épargnants et investisseurs et ce, au service du développement durable.