Aller directement àNavigation, Effectuer une recherche ou lecontenu

Etape 1: identification des meilleurs gouvernements

La sélection des meilleurs gouvernements se concentre sur les questions de gouvernance. Une note est attribuée à chaque pays en fonction d’un certain nombre de critères. En plus de cette note, une tendance de performance est fournie. Cette tendance montre les performances à long terme d’un pays. La note globale associe une évaluation des performances actuelles à la tendance.
Les gouvernements qui se distinguent parmi la première moitié des 100 plus grands pays au monde selon le produit intérieur brut peuvent éventuellement être admis dans l’univers d’investissement Triodos.

Critères d’identification des pays aux meilleures pratiques en matière de gouvernance
Les critères, qui examinent à la fois le processus démocratique d’un pays et le degré de sécurité dont bénéficient les citoyens, sont les suivants:

  1. Expression et responsabilité: droit de participer au processus politique, liberté d’expression et liberté de la presse.
  2. Stabilité politique et absence de violence: intensité et gravité des conflits en lien avec l’usage de méthodes violentes, fréquence et gravité des comportements violents et implications pour la population.
  3. Efficacité des pouvoirs publics: qualité des services publics et degré d’indépendance face aux pressions politiques, qualité de la formulation et de la mise en oeuvre des politiques, crédibilité de l’engagement du gouvernement envers ces politiques.
  4. Qualité des réglementations: aptitude du gouvernement à formuler et à mettre en oeuvre des politiques et des réglementations saines qui autorisent et encouragent le développement du secteur privé.
  5. État de droit: le degré de respect et de confiance des personnes morales et physiques vis-à-vis des règles de la société et notamment la qualité de l’exécution des contrats, du droit de propriété, de la police et des tribunaux, ainsi que le niveau de violence et de criminalité;
  6. Contrôle de la corruption: la mesure dans laquelle les prérogatives de l’État sont exercées à des fins privées, qu’il s’agisse de formes de corruption négligeables ou à grande échelle, ainsi que l’«accaparement» de l’État par les élites et les intérêts privés.